FREQUENTLY ASKED QUESTIONS

Vivamus suscipit tortor eget felis porttitor volutpat. Proin eget tortor risus.
FAQ

Q:

Fermes de toit – comment ça marche ?

Tout au long de l'évolution de l’industrie de la construction, deux grandes innovations se sont produites depuis l’époque où l'homme a utilisé du bois ou de la pierre pour bâtir son abri. Ces matériaux ont d'abord été utilisés comme de simples faisceaux. Si les Romains sont les pionniers du pont en arc, la ferme de toit s'est développée en Europe au Moyen-âge. Une poutre supporte des charges en raison de sa résistance à la flexion. C'est ainsi que fonctionnent les branches simples telles que les chevrons, les lattes, les pannes, les linteaux et les bressummers. Le bord supérieur d'une poutre est normalement comprimé tandis que le bord inférieur tendu. Ces contraintes atteignent leur pic près du milieu de la portée de la poutre, et pour chaque doublement de la portée, la résistance du faisceau doit être multipliée quatre fois. Les poutres tendent également à s'affaisser lorsqu'elles sont chargées, un phénomène encore plus sensible aux augmentations de la portée que l'exigence d'une résistance accrue.

Romiešu arkveida tilts

Le pont en arc romain

Les Romains ont découvert qu’en appuyant les unes contre les autres des pierres formant un arc, ils pouvaient rallonger davantage leur pont qu'en utilisant des pierres comme de simples linteaux ou poutres. En fait, sur un pont en arc, les pierres sont comprimées pour que la structure soit fonctionnelle aussi longtemps que les supports ou contreforts à chaque extrémité soutiennent l’ensemble. Tout comme les pierres, les poutres en bois peuvent également être appuyées les unes contre les autres pour former des arcs. Les branches de bois seront comprimées et agiront ainsi comme de simples poutres.

Koka arka

Arc de bois

Pour transformer un arc en une ferme, il suffit de lier les deux contreforts pour les empêcher d'être écartés par l'arc. L’ensemble de l’arc, de la poutre et du lien est autoportant, et c’est ce que nous appelons communément une ferme. Les fermes Gang-Nail s’appuient sur ces structures simples. Tous les éléments de la ferme sont en bois, et les joints entre ces composants sont formés avec des plaques de connexion Gang-Nail.

 

Vienkārša arkveida kopne

Simple ferme à chevron arqué et cordage

L'aspect typique d'une ferme est une charpente formée de nombreux petits triangles. Un triangle est une forme naturellement stable, contrairement à un support rectangulaire qui peut être déformé, à moins que ses cordages soient rigides ou qu'il soit renforcé d'une extrémité à l'autre. Bien évidemment, un tel assemblage convertirait un rectangle en deux triangles connectés sur une ferme. Les éléments formant le périmètre d'une ferme, c’est-à-dire les cordes, agissent normalement comme des poutres aussi bien que des liens ou des entretoises. Plus la distance entre les joints de ferme est courte, plus la section de corde requise est réduite.

Tipiska 'A'veida gang-nail kopne

Ferme Gang-Nail de type « A » 

Toutefois, plus il y a de joints dans la ferme, plus le coût de fabrication sont élevés. Le concepteur d'une ferme peut choisir le type d'agencement des cordes et des composants tout en faisant un compromis entre efficacité structurelle et résistance pour supporter les charges appliquées.

Q:

Système de fermes de toit

Les avantages des fermes de toit

Les fermes de type Gang-Nail sont une méthode de construction économique pour tous les types de toits. Le système Gang-Nail permet, en fait, de résoudre de nombreux problèmes associés à des toits complexes.

Flexibilité dans la conception

Sur un chantier résidentiel, seuls les murs périmétriques doivent être conçus comme des murs porteurs en treillis. Les cloisons intérieures deviennent ainsi des cloisons simples et peuvent être agencées sans support pour soutenir des poutres, des poutres de suspension, etc. La structure de sous-plancher est simplifiée car les souches et les supports n'ont pas besoin d'être soutenus sous des murs intérieurs non porteurs, où sont utilisés des planchers en béton. Le réarrangement des poutres intérieures est donc simplifié.

La solidité

Les fermes sont conçues aux normes d'ingénierie avec un critère strict de fiabilité qui s’applique à tout matériau pour le toit. Les toits traditionnels en bâton sont basés sur des pratiques historiques de menuiserie, d’ailleurs assez conservatrices, qui utilisent beaucoup plus de bois pour parvenir aux attentes de sécurité. Le seuil de fiabilité de ces toits traditionnels et de leurs murs de support est également variable et dépend de la résistance du carrousel individuel. Les toits en treillis peuvent être conçus pour résister au soulèvement dû à l'arrachement et peuvent être attachés à la charpente pour une plus grande sécurité qu'avec les toits traditionnels.

La gestion du projet
Le recours aux fermes de toit réduit la durée du chantier. Avec un tel matériau, la plupart des toits peuvent être installés en une seule journée de travail. La livraison des matériaux et la construction peuvent être coordonnées avec l'achèvement de la charpente. Les exigences relatives au chantier sont réduites, de même que l'impact de la météo sur le programme de construction. Et puisque les fermes sont fabriquées spécialement pour chaque projet, l’excès de matériau est pratiquement inexistant.

Les permis de construction

Le système de poutrelles de type gang-nail est une méthode de construction reconnue par toute l’industrie de la construction.
Le groupe SIA Freimans Timber Constructions fabrique des fermes en bois conformément aux spécifications de MiTek Industries AB et aux normes de conception en vigueur. SIA Freimans Timber Constructions bénéficie d’une licence délivrée par MiTek, ce qui lui donne l’habilité à fournir la documentation nécessaire pour l’octroi les permis de construire.

Les plans de toiture

Les fermes de toit Gang-Nail permettent à peu près n'importe quelle forme de toiture. Cependant, il existe quelques types de toits standards qui demeurent prisés pour la construction résidentielle :

  • Toit à pignon
  • Toiture à quatre pans
  • Toiture à quatre pans à la néerlandaise
  • Toiture en cloche

Les termes ci-dessus se réfèrent à la forme de la section transversale du toit et aux détails des extrémités. Tous ces types de toiture peuvent être construits en forme de 'L', de 'T' et de combinaisons de ceux-ci avec des fermes de longueurs variables.

Avec la construction de toit en treillis, seuls les murs extérieurs sont porteurs, ce qui rend la construction de la structure de plancher simple et pas chère.

Kopņu konstrukcijas balsti

Q:

La mécanique d’une ferme de base

Kompnentes šķērsgriezums

Toutes les fermes dans une structure de toit sont conçues pour la pire combinaison possible de charges permanentes (ou charges mortes), de charges vives (charges d’exploitation) et de charges du vent. Les éléments de ferme individuels sont conçus pour retenir les forces correspondantes, c'est-à-dire, la tension ou la compression, ou une combinaison de flexion avec la force de traction ou de compression.

La tension (tirant). Avec ce type de force, on dit que l'élément tiré ou soumis à une force de tension est "en tension". La capacité d'un composant à limiter les forces de tension dépend de la force du matériau de l'élément et de sa section transversale.
L'exemple (Figure 1) montre que si la section d'un élément est doublée, la capacité de cet élément à retenir les forces de tension est également doublée.

La compression (poussée). Lorsqu'un élément structurel est soumis à ce type de force, on l’appelle parfois une colonne. Contrairement à un élément de tension, la capacité d'une colonne à restreindre les forces de compression n'est pas simplement fonction de la section transversale, mais une combinaison de la résistance du matériau, de la longueur de la colonne et de la forme transversale de la colonne.

Si une tonne est la force de compression maximale pouvant être supportée par un morceau de bois de 100 x 38 mm, 1 200 mm de long sans pression, la même force appliquée à une pièce de bois de 100 x 38 mm, mais deux fois plus longue, pourrait provoquer la torsion et éventuellement l’effondrement. (2ème et 3ème figures)

Cependant, si nous soutenons rigidement la colonne de 2 400 mm de long en son centre (dans l'exemple précédent), elle serait alors capable de supporter la charge d'une tonne. (Figure 4)

 

Kopnes saspiešanaKolonnas vidus nostiprinājums

Lorsque ce support rigide est appliqué à un élément de toile, on l’appelle un élément d’âme, que l’on utilise habituellement en conjonction avec un contreventement. (Voir la figure 5A) Les lattes avec contreventement des supports rigides sont nécessaires pour empêcher les membrures de treillis de se tordre latéralement. (Voir la figure 5b).

Režģeveida saites kopnēKopnes latojums ar atgāžņiem

Kolonnas izturība

La force d'une colonne dépend également la forme en coupe transversale d'une colonne. Plus la forme est carrée ou symétrique, plus la colonne est solide, étant donné que la section transversale est la même. Dans l'exemple de 100 x 25 éléments ayant une section transversale de 2500 mm, la compression n'est pas aussi forte que celle d'un élément de 50 x 50, à condition que les autres facteurs de longueur et de résistance du matériau soient égaux. La force de flexion, ou plus exactement le moment de flexion, est le résultat d'une force appliquée à un porte-à-faux, par exemple : un plongeoir, ou un simple faisceau.

 

 Kopnes lieces spēks

Sijas šķērzgriezums

La capacité de charge d'une poutre dépend de la résistance du matériau tout comme de la forme de la section transversale de la poutre. Dans le cas de cette dernière, contrairement à la colonne, la section plus profonde ayant la même section transversale sera l'élément le plus fort en flexion. Les poutres soumises à des moments de flexion nécessitent également des contraintes latérales, comme pour les colonnes. Plus le faisceau est profond, plus le nombre de contraintes est important.

Les forces appliquées aux éléments 

Dans beaucoup de types courants de fermes, il est possible d'identifier le type de force qui conditionne un élément particulier sans avoir à passer par des calculs.

L'exemple de la figure 9 est une poutre commune à pignon de type « A », dont la charge est répartie uniformément le long des membrures supérieure et inférieure. Cela est dû au transfert de la charge des tuiles à travers les lattes de tuiles et la charge du plafond à travers les lattes de plafond.

Ainsi, les cordes sont soumises à des forces de flexion ainsi qu'à des forces de compression et de tension. Cet agencement de charges déboucherait à une compression par retenue de la membrure supérieure et des forces de flexion. La bande courte est en compression et la bande longue est en tension. La géométrie des fermes à pignon de types « A » et « B »  est conçue de manière à ce que, dans des conditions normales, les bandes les plus longues soient tendues et les bandes plus courtes comprimées. C’est tout simplement indispensable pour économiser sur la taille du bois nécessaire à la conception des toiles de compression.

La déflexionnA veida kopne

À chaque fois qu'un élément de ferme est soumis à une force de tension, de compression ou de flexion (moment de flexion), il est déformé par la force, quelles que soient la force du matériau ou la taille de la section. Le degré de déformation dépend cependant de la résistance du matériau ainsi que de la taille et de la forme de la section.

À la figure 10a, on peut voir que le faisceau de l'Oregon fléchirait de 32 mm peu après l'application de la charge ponctuelle d'une tonne à mi-portée. Si cette charge est maintenue, la déflexion pourrait s’amplifier progressivement jusqu'à trois fois la flèche initiale après une période de 20 à 24 mois. Cette flexion à long terme, sans renforcement des charges, est appelée « fluage ». Cette caractéristique est significative avec le bois, mais peut être ignorée dans d'autres matériaux structuraux comme l'acier.

Si la même charge est appliquée à une poutre universelle en acier (voir la figure 10b), la déflexion spontanée est d'environ 1 mm.

Oregon sijaUniversālā tērauda sija

Kopnes ielieces

La déflexion à long terme sera également de 1 mm.
Le treillis en bois (voir Figure 10c) fléchira également sous la même charge, mais puisqu'il est renforcé par sa structure triangulaire, ce matériau est beaucoup plus rigide que le faisceau lourd de l'Oregon et presque aussi rigide qu'une grande poutre en acier qui pèserait environ trois fois plus, et coûterait probablement cinq fois plus que la poutre en bois.

À partir de ces exemples, il est facile de comprendre que les fermes de bois sont des composants structuraux très efficaces.

Le « camber »

Pour compenser la déflexion qui se produit en condition de charges, les fermes sont réalisées avec un arc pointé vers le haut, qui s'appelle « camber ». Il se produit une certaine déflexion à mesure que la poutre est érigée, tandis qu’une plus grande déflexion se produira lorsque les charges de toit et de plafond sont appliquées à la poutrelle, et une déviation supplémentaire se produira pendant un certain temps en raison du phénomène de « fluage ».

Sachant que les cordes sont soumises à une charge répartie, elles se déforment également entre les points du panneau, en plus de la structure qui se dévie vers le bas.

Cette déflexion des membrures est appelée « déflexion de panneau » et ne peut pas être compensée pendant la conception, comme cela peut être le cas pour la déflexion de la ferme (cambrure). Toutes les configurations de fermes standards sont conçues pour maintenir la déflexion du panneau dans des limites raisonnables.

Kopnes izliecesKopnes izlieces formas

L’étude de la ferme et la conception des éléments

Lorsque l’on a déterminé les charges de conception et la forme de poutre souhaitée, la poutrelle peut être étudiée pour trouver les forces qui se produiront dans chacun de ses éléments individuels. Ce processus est réalisé par ordinateur, utilisant habituellement des techniques reconnues en matière de mécanique structurale. L'ordinateur utilise un processus d'analyse qui s’applique parallèlement avec le choix des éléments en fonction de leur taille et de leur niveau de contrainte, ainsi qu’au calcul de la déflexion prévue en présence de charges.

Les éléments de ferme sont soumis à des combinaisons de flexion, de cisaillement et de compression ou de tension. Les combinaisons de forces peuvent varier aussi longtemps que se dresse la structure, notamment lorsque différentes conditions de charges se produisent et que chaque situation prévisible doit être prise en compte. Il va sans dire que l’on choisit les éléments en bois car ils répondent aux exigences de résistance et de praticité.

Q:

Connecteurs gang-nail – comment ça marche ?

Gang nail nagluplate

Un connecteur Gang-Nail est une plaque d'acier dotée d’une collection de pointes ou de clous qui se projettent d'une face. Les pointes, sous forme de dents, sont créées en perforant des fentes en acier mais en laissant une extrémité du 'bouchon' reliée à la plaque. Les dents sont alors formées pour qu'elles se projettent perpendiculairement à la plaque. Tout au long de ce procédé, les dents sont façonnées pour produire une projection rigide. Lorsque les dents d'une plaque de connexion sont pressées dans du bois posé bout à bout, la plaque les « soude » ensemble en formant un joint Gang-Nail. Les connecteurs sont toujours utilisés par paires avec des plaques identiques enfoncées dans les deux faces du joint.

Le concept du Gang-Nail est simple, mais la conception de connecteurs efficaces nécessite un équilibrage précis de la forme et de la densité des dents, de l’épaisseur de la plaque de connexion et de sa souplesse. En s’engageant en permanence envers la recherche et l’innovation, les fabricants de fermes sous licence MiTek s’assurent de mettre à leur disposition le système de fermes le plus efficace qui soit.

Critères de performance pour les connecteurs Gang-Nail

Il n'est pas économique d’utiliser un seul connecteur qui offre une performance optimale pour toutes les charges, pour l'ensemble de la vaste gamme de bois de l'Australie. MiTek Australia Ltd. a développé une autre gamme de plaques de connexion d'épaisseur de plaque variable (calibre), de disposition des dents et de profil de dent. Citons parmi ces matériaux :

  • l’acier galvanisé GQ - calibre 20 (épaisseur 1,0 mm). Connecteur à usage général. De multiples dents courtes et pointues - 128 dents dans une zone de 100 mm x 100 mm.
  • l’acier galvanisé GE - calibre 18 (1,2 mm d'épaisseur). Similaire à l’acier GQ. À utiliser pour renforcer la résistance des plaques.
  • le G8S - Acier inoxydable de calibre 18 (1,2 mm d'épaisseur). Ce connecteur est uniquement utilisé lorsque l'environnement est très corrosif. 70 dents dans une zone de 100 mm x 100 mm.
  • l’cier galvanisé GS - 16 (épaisseur 1,6 mm). Connecteur robuste. 144 dents dans une zone de 100 mm x 190 mm.

Q:

La détérioration des plaques de gousset des fermes de toit dans les bâtiments d’élevage

La détérioration des goussets des fermes de toit constitue une préoccupation majeure dans les bâtiments sujets à une forte humidité et à un environnement corrosif. Beaucoup de ces édifices affichent une corrosion sévère dans les 5-10 ans. En effet, les tôles d'acier galvanisées conventionnelles exposées à l'humidité, à la condensation et à l'air de ventilation contenant des gaz de fumier se corrodent rapidement. Cette corrosion peut affaiblir le bâtiment et entraîner une défaillance des structures.

Kopnes plāksnes rasējums

Par définition, les plaques de fermes sont des couches métalliques de faible épaisseur que l’on utilise pour relier les fermes de bois préfabriquées. On les fabrique en poinçonnant de l'acier galvanisé de faible épaisseur (normalement de calibre 16, 18 ou 20) afin que les dents dépassent d'un côté, comme le montre la figure 1. Les plaques de treillis peuvent être galvanisées avant le poinçonnage. Lors de la conception de la ferme, ces plaques de treillis sont pressées dans le bois à l’aide d’une presse hydraulique ou d’un rouleau afin d’enfoncer profondément les dents.

Les bâtiments les plus touchés par les problèmes de corrosion sont généralement les étables de bœuf et de produits laitiers qui, à basse température, sont ventilées naturellement à l’aide de planchers en caillebotis et d’amas de fumier. Les porcheries chauffées et naturellement ventilées sont également touchées. Dans ces bâtiments, l’ensemble de la structure est exposé à des conditions d’humidité. Or, dans la plupart des cas, les fermes de toit sont conçues pour un environnement sec.

La figure 2 montre la dégradation qui peut survenir lorsque les fermes de toit sont incluses dans l'espace aérien d'un bâtiment : la plaque de gousset commence à rouiller. De son côté, la figure 3 montre un gousset qui a été longtemps de service, mais seulement utilisé dans un bâtiment de stockage d'équipement. Le joint est toujours fonctionnel car n'a pas été exposé à un environnement corrosif.

Fasonlapas ar rūsas un nodiluma pazīmēmMezgla fasonlapa joprojām labā stāvoklī

Les plaques de treillis les plus touchées se situent souvent près des ouvertures d'échange d'air du bâtiment, typiquement au niveau des talons et des joints de pointe du treillis, c’est-à-dire sur les zones où le mélange d'air et les variations de température sont les plus importants. Malheureusement, ce sont également des joints cruciaux pour l'intégrité structurelle de la ferme.

Lors de la mise en place d’équipements solaires sur le toit, assurez-vous de vérifier ces joints pendant la révision complète de l'installation. Même si le bâtiment est debout depuis longtemps, ne supposez pas que les goussets touchés peuvent supporter un surplus de charges.

LES CAUSES DE LA CORROSION

La corrosion dans les bâtiments d’élevage résulte de nombreux facteurs de cause. Les animaux expulsant de grandes quantités d'humidité dans l'air, l’humidité intérieure des bâtiments s’amplifie si elle n’est pas correctement évacuée. Or, une trop forte humidité multiplie les risques d’accumulation qui impactera sur tout l'assemblage de la ferme.

Le gaz ammoniac, généralement présent dans les environnements fermiers, se combine facilement avec cette humidité pour créer de l'hydroxyde d'ammonium, un produit chimique nocif pour la plupart des surfaces métalliques. L'humidité libérée qui s’accumule sur l'acier mal protégé entraînera également la rouille. Le bois humide accélère la corrosion des attaches métalliques puisque le bois lui-même est légèrement acide. En outre, l'humidité prolongée peut amplifier la teneur en humidité du bois au-dessus de 30% et accélérer la décomposition du matériau.

La poussière, également omniprésente dans les granges, crée une surface sur laquelle les acides et les gaz peuvent réagir, ce qui accélère considérablement la corrosion. Les colonies de bactéries couramment trouvées dans les étables ont tendance à former des biofilms sur les surfaces de construction et d'équipement, ce qui favorise la croissance de bactéries et la production d'autres acides corrosifs.

LA PRÉVENTION DE LA CORROSION

Ventiler correctement le bâtiment

Un système de ventilation idéal devrait favoriser suffisamment la circulation d'air frais dans le bâtiment afin de faire chuter le niveau d'humidité, de gaz et de poussière. Un système de ventilation de qualité ne laissera pas de place aux problèmes de corrosion. Une bonne ventilation nécessite avant tout une construction de qualité ainsi qu’une bonne gestion de la ventilation. Un spécialiste de la ventilation, un fournisseur d'équipement ou un entrepreneur pourra s'assurer que les dysfonctionnements de la ventilation ne favorisent pas les problèmes de corrosion.

Souvent, un propriétaire réduit la surface de sa grange pour augmenter la température de l’intérieur ou pour économiser de la chaleur. Malheureusement, ce procédé réduit le potentiel de ventilation et favorise, au contraire, l'humidité. Dans les hangars aérés par ventilateur, gardez au moins un ventilateur d'extraction en fonctionnement pour évacuer en permanence l'humidité accumulée. De même, les granges ventilées naturellement nécessitent un échange permanent d'air pour contrôler l'humidité. Par ailleurs, les granges dotées d'une ventilation à crête continue fournissent une surface de condensation à chaque joint de l’extrémité de ferme le long de la grange. Placer des cheminées par intervalles entre les fermes maintient cet air de ventilation loin des plaques de treillis et réduit le risque de corrosion.

Appliquer un revêtement protecteur sur les plaques de treillis métallique

Cette méthode consiste à appliquer un revêtement protecteur sur les plaques à l'aide d'une brosse, avant ou après l'installation du treillis. La préparation de la surface est cruciale. Séchez et nettoyez le substrat et recouvrez chaque plaque de métal, y compris les bords, avec le revêtement. L'un des revêtements époxy recommandés sans plomb ni chromate est la couche de finition époxy-polyamide (SSPC Paint No. 22 ou CGSB Paint No. 1-GP-146). La SSPC fait référence au Steel Structures Painting Council (États-Unis), et l'ONGC au Canadian Government Specifications Board.

Cette peinture époxy est un produit à double composant qui nécessite une expertise spécifique lors de sa préparation et de son application. Elle nécessite la préparation des plaques avec un solvant de nettoyage ou par sablage avant le revêtement ou selon les exigences de la procédure SSPC SP16. Cette tâche pourrait être effectuée par un peintre, un entrepreneur ou encore le propriétaire lui-même. Elle requiert cependant une main-d'œuvre qualifiée qui assurera un travail de qualité. Un fabricant de fermes de bois ou un fournisseur de peinture industrielle peut vous aider à trouver ce produit de revêtement ou tout au moins un produit équivalent. Dans certains cas, vous aurez aussi à couvrir chaque connecteur revêtu avec du contreplaqué. Bref, la personne responsable de la conception de votre toit devra préciser la solution idéale.

Utiliser des plaques de treillis pré-revêtues ou en acier inoxydable

Sur le marché, il existe différents types de plaques de treillis pré-revêtues et en acier inoxydable, qui, malheureusement sont assez chères. Les plaques de treillis revêtues coûtent presque cinq fois le prix des plaques galvanisées standard G90. Elles doivent être plus larges que les plaques standards en raison de leur surface glissante. De plus, comme ces plaques sont enduites avant l'assemblage des fermes, elles peuvent être ébréchées avant même leur mise en place dans votre bâtiment, ce qui peut multiplier le risque de corrosion.

De même, les plaques d'acier inoxydable sont également assez chères, et peuvent très vite faire monter le coût total de la ferme. Tous les fournisseurs ne stockent pas ces plaques dans leur magasin, alors prenez compte du délai de livraison. Dans tous les cas, il est important que le concepteur et le fabricant de fermes soient au courant de vos besoins. Ainsi, ils peuvent sélectionner les matériaux adaptés à votre projet.

Installer le plafond avec de l'isolation et une barrière de vapeur

Si l'ensemble de treillis est complètement séparé de l’habitat des animaux, il ne sera pas influencé par la forte humidité et les problèmes associés. Un pare-vapeur en polyéthylène de 4 ou 6 mil où les joints sont scellés est nécessaire pour empêcher la circulation de l'humidité dans l'espace du grenier. Les plafonds en acier ou en contreplaqué ne constituent pas à eux seuls un pare-vapeur adéquat. Les coutures de la feuille, les attaches et la porosité du matériau laisseront quand même passer l'humidité. Un minimum d'isolation du plafond est également nécessaire pour éviter la formation de condensation sur la surface du plafond elle-même.

Dabiski ventilējama kūts ar skursteņiem bēniņu zonā

Pour atténuer l'impact de l'air qui provient de l’étable, aérez le grenier pour permettre à l'humidité de s'échapper en permettant à l'air frais d'entrer le long des zones de l'avant-toit et des soffites. Il est toujours possible de laisser s'échapper l'air en installant des cheminées d'évacuation dans les combles, comme le montre la figure 4. Pour plus d'information, voir la publication 833F du MAAARO, Ventilation pour les installations d'élevage et de volaille, Chapitre 8, Ventilation des greniers. N’hésitez pas à consulter un concepteur de ventilation pour connaître la taille et le nombre de cheminées requises.

RECOMMANDATIONS POUR LA RÉPARATION

  • Si la détérioration de la ferme est moindre, utilisez une ou plusieurs des procédures de prévention décrites ci-dessus pour arrêter la corrosion.
  • En revanche, dans le cas d’une dégradation plus grave, envisagez une réparation structurelle. Demander à un ingénieur consultant d'effectuer une évaluation et de dresser une procédure de réparation. Le Code du bâtiment de l'Ontario exige que les systèmes de toiture soient pilotés par un ingénieur.

RÉSUMÉ

Bien que l’étendue du problème de la détérioration des fermes ne soit pas connue, il s'agit d'une situation très grave pour les bâtiments concernés. Les propriétaires doivent régulièrement diagnostiquer leurs édifices pour détecter les éventuels signes d'humidité et de corrosion sur les plaques de treillis et effectuer une réparation si nécessaire. Un entrepreneur, un concepteur de fermes ou un consultant en ingénierie sont qualifiés pour une telle tâche. Il faut savoir que les dépenses de réparation ou de rénovation de bâtiments que vous engagez au moment propice seront probablement inférieures au prix d’un remplacement prématuré de la structure.
Cette fiche d'information a été révisée par Dan McDonald, P.Eng., Civil Systems, OMAFRA, Londres, et par Daniel Ward, P.Eng., Poultry & Other Livestock Housing & Equipment, OMAFRA, Stratford.